330 - Pourquoi je t'aime

Artiste(s) : Sainte Thérèse de Lisieux / B. MACÉ

Je voudrais chanter, ô Marie, pourquoi je t'aime,
Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur,
Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême
Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur. X2
 
Si je te contemplais dans ta divine gloire,
Et surpassant l'éclat de tous les bienheureux,
Que je suis ton enfant, je ne pourrai le croire,
ô Marie, devant toi, je baisserai les yeux. X2

Il faut pour qu'un enfant puisse chérir sa mère, 
Qu'elle pleure avec lui, partage ses douleurs
O ma mère chérie, sur la rive étrangère
Pour m'attirer à toi, que tu versas de pleurs. X2
 
En méditant ta vie dans le saint Évangile
J'ose te regarder et m'approcher de toi
Me croire ton enfant ne m'est pas difficile
Car je te vois mortelle et souffrant comme moi X2

Je voudrais chanter, ô Marie, pourquoi je t'aime,
Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur,
Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême
Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur. X2

Lorsqu'un ange du ciel t'offre d'être la mère
Du Dieu qui doit régner toute l'éternité
Je te vois préférée, ô Marie, quel mystère
L'ineffable trésor de la virginité. X2
 
Je comprends ton âme, ô Vierge immaculée
Soit plus chère au seigneur que le divin séjour
Je comprends que ton âme, humble et douce vallée
Peut contenir Jésus, l'océan de l'amour. X2

Je voudrais chanter, ô Marie, pourquoi je t'aime,
Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur,
Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême
Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur. X2

Ô mère bien-aimée, malgré ma petitesse
Comme toi je possède en moi le tout puissant
Mais je ne tremble pas, en voyant ma faiblesse
Les trésors de la mère appartient à l'enfant. X2
 
Et je suis ton enfant, ô ma mère chérie
Tes vertus, ton amour, ne sont-ils pas à moi !
Aussi lorsque mon cœur descend la blanche hostie
Jésus, ton doux agneau, croit reposer en toi. X2

Je voudrais chanter, ô Marie, pourquoi je t'aime,
Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur,
Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême
Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur. X2